Plus de deux mois après la détection d’un cas de dengue de type 3 en Côte d’Ivoire, plus de 380 cas suspects ont été enregistrés fin juin dernier, principalement dans la commune de Cocody, à Abidjan.

Les équipes d’agents sanitaires sont déployées dans la ville pour pulvériser des produits et lutter contre la dengue

La dengue est une maladie virale transmise par les moustiques qui s’est propagée rapidement dans toutes les Régions de l’OMS ces dernières années. Le virus se transmet à l’homme par la piqûre des femelles infectées de moustiques, principalement de l’espèce Aedes aegypti, mais aussi dans une moindre mesure d’ Aedes albopictus. Ce vecteur transmet également les virus du chikungunya, de la fièvre jaune et de Zika. La dengue est largement répandue sous les tropiques, avec des variations locales de risque surtout fonction des précipitations, de la température et de l’urbanisation rapide et non maîtrisée.

Cette maladie est depuis peu sur les bords de la lagune Ebrie et se propage très rapidement. pour lutter contre cette maladie, les autorités sanitaires ont fait savoir qu’une vigilance renforcée a été mise en place après la recrudescence des cas de dengue dans la capitale économique ivoirienne.

Selon les chiffres communiqués par l’Institut national d’hygiène publique (INHP), 130 cas ont été diagnostiqués positifs à la dengue à Abidjan par l’Institut Pasteur.

L’INHP a précisé que parmi les malades, deux décès ont déjà été enregistrés. « Il est toutefois difficile de confirmer que ces personnes sont mortes de la dengue, le lien est difficile à établir », explique le docteur Daouda Coulibaly, chef du service de la surveillance épidémiologique de l’Institut national d’hygiène publique (INHP).

Actuellement, la seule méthode pour prévenir ou combattre la transmission du virus consiste à lutter contre les vecteurs par les moyens suivants:

  • éviter que les moustiques n’aient accès aux gîtes larvaires par une gestion et une modification de l’environnement;
  • éliminer correctement les déchets solides et enlever les habitats créés par l’homme;
  • couvrir, vider et nettoyer toutes les semaines les conteneurs pour la conservation de l’eau domestique;
  • épandre des insecticides adaptés sur les conteneurs pour la conservation de l’eau à l’extérieur;
  • prendre des mesures de protection des personnes et du foyer par la pose de moustiquaires aux fenêtres, le port de vêtements à manches longues, l’utilisation de matériels imprégnés d’insecticide, de spirales et de pulvérisateurs;
  • améliorer la participation et la mobilisation des communautés pour une lutte antivectorielle durable;
  • en cas d’urgence épidémique, les mesures de lutte antivectorielle comprennent également l’épandage et les pulvérisations d’insecticides;
  • contrôler et surveiller activement les vecteurs pour déterminer l’efficacité des interventions de lutte.

Réagissez à cet article

commentaires