Une deuxième mauvaise nouvelle pour le secteur pétrolier ivoirien en moins d’une semaine. Douché par une décision du Tribunal maritime international du droit de la mer qui a tranché en faveur d’Accra, ce samedi 23 septembre, un litige maritime sur fond d’importantes réserves pétrolières qui opposait depuis 4 ans la Côte d’Ivoire et le Ghana, le pays d’Alassane Ouattara vient de voir sa production d’or noir chuter.
(Crédits : Reuters) Image d’illustration

La production pétrolière en Côte d’Ivoire est en baisse, a annoncé le gouvernement ivoirien lors du conseil des ministres de ce mercredi, 27 septembre.

« La production de pétrole brut de la Côte d’Ivoire au cours du premier semestre 2017 est de 6 527 104 barils, soit 36 061 barils par jour. Cette production a baissé de 20,65% par rapport à la même période de 2016 », a indiqué un communiqué du conseil des ministres d’hier.

Le même document précise que la baisse n’est cependant pas inquiétante dans la mesure où les prévisions de production, estimées à 6 683 523 barils, ont été réalisées à 97,66%. D’ailleurs en termes de revenus issus de la vente du brut, le gouvernement a noté une amélioration.

« La production est estimée à environ 203 milliards de FCFA, en hausse de 5,74% par rapport à la même période en 2016.»,indique la même source précisant que la hausse des revenus se justifie par l’amélioration des prix du pétrole sur cette période sur le marché mondial passant de 40 dollars à 52 dollars en une année.

Loin du « rêve » des 200.000 barils/jour

Si le pic pétrolier de 2016 avait été imputé à la mise en production de nouveaux puits sur trois champs pétroliers, les raisons justifiant la tendance baissière de cette année n’ont pas été énumérées. Une seule certitude cependant, la baisse est intervenue au moment où la Côte d’Ivoire, se basant sur d’importantes réserves pétrolières localisées dans une zone située à la limite de ses frontières maritimes avec le Ghana, se projetait à porter sa production à 200.000 barils de pétrole par jour d’ici à 2020. Or, la zone réputée riche en pétrole et qui faisait l’objet d’un litige maritime depuis quatre ans entre les deux pays africains, vient d’être attribuée exclusivement à Accra par le Tribunal maritime international du droit de la mer (TIDM) qui a rendu son verdict ce 23 septembre dernier.

Une véritable douche froide pour le pays d’Alassane Ouattara qui se rêvait en grand producteur d’or noir. Mais du côté du gouvernement ivoirien, qui a pris « acte » de l’arbitrage du TIDM, « cette décision n’enlève rien à la Côte d’Ivoire d’autant plus que le pays n’avait rien à perdre dans ce dossier ».

Khadim Mbaye

Share

Réagissez à cet article

commentaires