Le Jeudi 6 juillet 2017, lors d’une audience publique, la Chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour »), composée des juges Cuno Tarfusser, président, Chang-ho Chung et Marc Perrin de Brichambaut, ce dernier ayant publié une opinion individuelle minoritaire, a rendu une décision constatant que l’Afrique du Sud n’avait pas respecté ses obligations en ne procédant pas à l’arrestation et la remise de Omar Al-Bashir à la Cour alors qu’il se trouvait sur le territoire sud-africain entre le 13 et le 15 juin 2015.

Le porte-parole de la CPI explique cette décision dans laquelle l’Afrique du Sud ne se verra pas renvoyé devant le Conseil de Sécurité de l’ONU pour avoir refusé d’arrêter Omar Al-Bashir pendant que celui-ci sejournait sur son territoire.

Hervé Christ

Share

Réagissez à cet article

commentaires