Désigné par le 3e congrès ordinaire de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), comme son candidat aux élections présidentielles de 2020 en Côte d’Ivoire, le Prof. Mamadou Koulibaly était à Nebo (s/p Divo) samedi 31 avril 2018, pour sa première sortie officielle.

Mamadou Koulibaly-Nebo
Arrivée du Professeur Mamadou Koulibaly, sur le lieu du meeting ä Nebo s/p de Divo

Ce premier meeting, qui ouvre la voie à d’autres rendez-vous que le candidat de LIDER a pris avec les populations du pays profonds, a été un véritable succès. Les habitants de Nebo, sortis en très grand nombre, ont accueilli MamKoul dans la ferveur dès l’entrée du village et l’ont accompagné à pied, d’abord chez les chefs et ensuite jusqu’au lieu de la rencontre aux sons de trompettes et de fanfares.

Cette sortie du premier candidat déclaré aux élections présidentielles de 2020, accompagné d’une forte délégation de cadres de LIDER, a été l’occasion pour madame Monique Gbekia, nouvelle présidente du parti, de mettre la coordination locale LIDER de Nebo en ordre de bataille. Ainsi leur a-t-elle demandé de parcourir toute la sous-préfecture et ses environs, aux fins d’implanter le parti, pour être prêt à porter le candidat de l’espoir d’une Côte d’Ivoire meilleure au pouvoir le 31 octobre 2020.

Mamadou Koulibaly a, quant à lui, incité les populations de Nebo à ne plus boycotter les processus électoraux, et à se mobiliser, à s’inscrire sur les listes et à participer massivement au vote. «Si on veut que celui qui gagne travaille, il ne faut pas rester chez vous le jour où on le choisit», a-t-il dit en substance, avant d’ajouter:

Vous allez voter, vous n’allez pas voter, le président élu, c’est lui qui décidera du prix de l’huile, du prix du piment, du prix du cacao, il décidera pour la route, pour les hôpitaux etc.»

«La Côte d’Ivoire peut être un pays heureux où il fait bon vivre, où les enfants vont à l’école, où les jeunes ont du travail, où l’on peut bien se soigner. Pour ça, il faut que nous-mêmes nous commencions par sortir du statu quo et nous mettre à l’idée qu’on peut réaliser notre rêve », a-t-il poursuivi, ajoutant que la concrétisation de tous les rêves individuels est possible, à condition que les populations se soutiennent mutuellement et revendiquent vigoureusement la distribution des pièces d’identité, l’enrôlement électoral, la mise à jour de la liste électorale et la réforme de la commission électorale illégale et inféodée à Ouattara.

Devant plus d’un millier d’auditeurs attentifs et enthousiastes, il a renouvelé sa promesse de procéder à la distribution gratuite des titres fonciers des terres aux populations rurales. «On va faire le cadastrage de toutes les terres. Les familles connaissent leurs terres. Le titre foncier, on vous le donne cadeau, parce que depuis nos arrière-grands-parents, les gens ont déjà trop payé. La terre, c’est pour toi, de même que ce qui est dans le sous-sol», a affirmé le prof. Koulibaly, qui s’impose depuis plusieurs mois dans l’opinion nationale et internationale comme le candidat le plus crédible pour l’alternance en 2020. Dès l’entame du meeting,

Dès l’entame du meeting, Jean, l’un des nombreux jeunes présents, après avoir autorisé le candidat LIDER à parler aux populations sans retenue, contre l’avis de certains cadres de Nebo, a abandonné joyeusement le t-shirt ‘avec ADO’ qu’il arborait, pour un t-Shirt ‘#MamKoul2020’. «Que les cadres arrêtent d’avoir peur. Si dans votre pays, vous ne pouvez pas parler, qu’est-ce qu’on va devenir ? Vous êtes des garçons, vous devez parler», a assené celui qui, plus tôt dans la journée, avait été intronisé comme chef traditionnel dida sous le nom de «Djidji» sous les applaudissements des villageois.

Avant de repartir avec sa délégation sur Abidjan vers 15h30, après un repas offert par le chef du village, Mamadou Koulibaly a planté un palmier pour inaugurer l’espace public que les habitants de Nebo ont tenu à baptiser «place publique Mamadou Koulibaly» en l’honneur de leur illustre hôte.

Quelques images du meeting

  • Show All
  • MamKoul à Nebo s/p de Divo

 

 

Share

Réagissez à cet article

commentaires