Près de cent prisonniers se sont évadés dimanche matin de la prison de Katiola, en Côte d’Ivoire. Des recherches ont immédiatement été lancées et certains ont été déjà été arrêtés. Cette grande évasion n’est pas une première dans le pays alors que la question de la sécurité est brûlante après des mutineries dans l’armée et une série d’attaques contre des postes de police et de gendarmerie.

Soldats ivoiriens, Image d’illustration

C’est une évasion de grande envergure. Quatre-vingt-seize prisonniers se sont évadés dimanche de la prison de Katiola, dans le centre de la Côte d’Ivoire, à 45 km au nord de Bouaké. « Ces prisonniers se sont évadés entre 5 h du matin et 6 h ce dimanche », a expliqué une source sécuritaire.

« Certains ont déjà été appréhendés »

Les prisonniers ont réussi leur évasion en passant par le toit de leurs cellules. « Ils ont profité de la sortie des corvéables pour casser le grand portail et prendre la fuite », a précisé une source judiciaire à Katiola. « Ce sont des lieutenants du célèbre Yakou le Chinois (un ex-prisonnier qui a été tué) qui sont à la base de cette évasion massive. »

Alors que des recherches ont été immédiatement lancées pour retrouver les malfrats, « certains ont déjà été appréhendés par les forces de police et de gendarmerie », a déclaré le directeur de l’administration pénitentiaire, Joachim Koffi Kongoué dans un communiqué. Une enquête a par ailleurs été ouverte pour connaître les responsabilités de chacun.

Plusieurs évasions depuis un mois

Cette évasion est la troisième en moins d’un mois dans le pays. La veille de la fête de l’indépendance le 6 août, cinq prisonniers s’étaient évadés de la prison de Gagnoa, dans le centre de la Côte d’Ivoire. Quatre gardiens de prison et un civil ont été arrêtés, soupçonnés de complicité, a informé le maire.

Deux jours après, vingt personnes s’étaient échappées du palais de justice d’Abidjan, en plein centre-ville, après avoir agressé des policiers. Sept agents (d’encadrement des établissements pénitentiaires) dont « le commandant du palais (de justice) ont été relevés de leurs fonctions et arrêtés », selon le procureur Richard Christophe Adou.

La question de la sécurité est brûlante en Côte d’Ivoire depuis le début de l’année, après des mutineries dans l’armée et une série d’attaques contre des postes de police et de gendarmerie.

Share

Réagissez à cet article

commentaires