Dans un post sur les réseaux sociaux Facebook, l’avocat principal des déténus « pro-Gbagbo » de la crise post élèctorale, Me Ange Rodrigue Dadje s’insurge contre le système judiciaire ivoirien . Il est mème offusqué par certaines preuves de l’accusation.  

Le jeune Ange Rodrigue Dadje en lèkê

Le Parquet Général et les Avocats de l’État de Côte d’Ivoire, en manque de preuves pour confondre les accusés, estiment que les accusés seraient des assaillants par ce que tous arrêtés dans la région de Tabou à divers endroits mais portant tous des chaussures communément appelées « Lêkê » et que ce mot inversé donnerait en Malinké « Kêlê » qui veut dire palabre, et donc la preuve d’un complot pour attaquer la Côte d’Ivoire.
J’ai donc tenu à plaider ce jour-ci en « Lêkê » pour leur montrer que je suis aussi assaillant, sinon pour parler plus sérieusement, que dans ma jeune jeunesse, les jeunes de toute la Côte d’Ivoire portaient en majorité des chaussures dites « Lêkê » soit pour aller à l’école, au champ, ou pour jouer au ballon et que maintenant même cette chaussure se vend dans les grands rayons en Europe autour de 12 euros. Lol.
La justice ivoirienne devrait vraiment redorer son blason hein, car ça ne va plus. On a gardé une quinzaine de personnes en prison pendant 4 années, et organiser des assises coûteuses avec l’argent du contribuable ivoirien pour si peu, juste des chaussures « Lêkê ». Lol.

 

Le jeune Ange Rodrigue Dadje

Share

Réagissez à cet article

commentaires