La présidente du parti frontiste tente de minimiser le score en baisse réalisé par le Front national lors du premier tour des législatives.

Marine Le Pen le soir du premier tour de la présidentielle, dimanche 23 avril

Le Front national (FN) n’a pas récolté les suffrages escomptés au premier tour des élections législatives. Le parti frontiste n’a obtenu que 13,20% des voix, alors qu’il en avait récolté 21,30% lors de l’élection présidentielle, ce qui avait permis à Marine Le Pen de se qualifier au second tour. Après le scrutin présidentiel, la présidente du FN appelait à la mobilisation des « électeurs patriotes » pour les législatives et pensait pouvoir obtenir les 15 sièges nécessaires pour fonder un groupe à l’Assemblée nationale. Ce qui semble compliqué au vu des résultats du premier tour.

 
Dans les colonnes du Parisien, le 13 juin, la leader d’extrême droite tente de relativiser cet échec. Cité par le quotidien, un cadre frontiste s’inquiète du fait que la patronne du FN pourrait être la seule candidate du parti à être élue. « Moi j’en vaux plusieurs », rétorque-t-elle. « Un député FN en vaut dix. Ça vaut peut-être même vingt d' »En Marche ! » si j’en crois les profils », se moque la candidate déçue à l’élection présidentielle.
Clarisse Martin
Share

Réagissez à cet article

commentaires