26 décembre 1945 – 26 décembre 2015, voilà 70 ans que plusieurs colonies de la France, en Afrique de l’ouest et en Afrique, plient sous le poids spoliateur du Franc des Colonies Françaises d’Afrique (F CFA), symbole d’un néo-colonialisme nazi, digne des périodes d’occupation de l’Allemagne d’Adolf Hitler.

Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (F CFA) a été crée le 26 décembre 1945
Le Franc des Colonies Françaises d’Afrique (F CFA) a été crée le 26 décembre 1945

Pour comprendre le caractère barbare et spoliateur du F CFA, il faut se référer au contexte historique de sa création et son mode de fonctionnement.

Le Franc CFA a été crée, le 26 décembre 1945, le jour où la France ratifie les accords de Bretton Woods, accords économiques ayant dessiné les grandes lignes du système financier international en 1944. Leur objectif principal était de mettre en place une organisation monétaire mondiale et de favoriser la reconstruction et le développement économique des pays touchés par la guerre.

À travers cette monnaie, la France entend restaurer l’autorité monétaire française dans ses colonies, territoires qui ont été isolés de la métropole durant la seconde guerre mondiale, et ont souffert de la raréfaction des échanges, et ont dû parfois créer des émissions locales appuyées sur d’autres devises que le franc français (par exemple le dollar US). Pour donc restaurer son autorité monétaire, la France du Général De Gaulle n’a pas trouvé mieux qu’un copier-coller du système monétaire, financier et économique d’occupation et de domination nazie, qu’Adolf Hitler lui avait imposé et qu’elle avait combattu. De quoi s’agit-il?

Sous l’occupation nazie, le Franc français était lié au Mark allemand. Toutes les recettes mobilisées par le commerce extérieur de la France avec ses colonies étaient versées sur un compte appelé « Compte Clearing » à la Banque Centrale en Allemagne, qui avait aussi autorité pour décider du cours du Franc français, sur le marché financier international d’alors. Quelque mois donc après la fin de l’occupation nazie en juin 1945, la France annonce la création d’une monnaie pour ses colonies. Cette monnaie est rattachée au Franc français et est imprimée en France, qui à seule autorité pour décider de son cours sur le marché international. Et pour soutenir cette monnaie, toutes les recettes du commerce extérieur des colonies françaises sont désormais versées au Trésor français dans un compte appelé « Compte d’opération ». 55 ans après les indépendances des colonies, cette monnaie à toujours pignon sur roue, dans la plus part des « ex-colonies françaises » et le Trésor français ne prélève plus que 50% des recettes extérieures des pays concernés par cette monnaie.  On pourrait donc dire que la leçon d’Adolf Hitler à la France: « Comment maintenir une nation sous domination » a bien été intégrée.

70 ans après la création officielle de cette monnaie, beaucoup d’intellectuels et économistes africains, des chefs d’Etat, et même des politiciens français, n’hésitent plus à dénoncer le caractère spoliateur de cette monnaie et milite pour la fin de ce tutorat monétaire, qui loin d’aider au développement des pays qui l’utilisent, participe à saboter leur développement.

Quelques morceaux choisis:

Mamadou Koulibaly, professeur d’économie et opposant ivoirien, président du parti Liberté et démocratie pour la république, l’un des porte-flambeaux de l’initiative d’abandon du franc CFA:

Le franc cfa ne peut satisfaire la définition historique d’une monnaie et il amplifie par ailleurs des déséquilibres économiques insoutenables : il ne peut donc être considéré comme une construction viable. Il est imposé par une puissance et ne peut faire face à la compétition mondiale des monnaies. Il est donc impératif pour les pays de la zone franc de l’abandonner rapidement. Mais il faut le faire avec méthode.

Lamine Sagna, sociologue sénégalais pèse les intérêts des différentes parties contractantes:

La France détient beaucoup de devises, puisque tout l’argent de l’Afrique est là! Le système de solidarité monétaire du franc CFA oblige les pays de la zone franc à mettre 50 % de leurs réserves de devises étrangères sur le compte du Trésor français. Il y a un plafond sur le crédit accordé à chaque pays membre qui équivaut à 20 % de leurs recettes publiques de l’année précédente. Si les pays ont besoin d’emprunter davantage, tant pis pour eux! 

Marine Le Pen, politicienne française, y voit un drame pour l’Afrique

Le franc CFA est un drame pour l’économie africaine. Il asphyxie et tue économiquement l’Afrique

Idriss Deby, président du Tchad:

« il y a aujourd’hui le FCFA qui est garantit par le trésor français. Mais cette monnaie là, elle est africaine. C’est notre monnaie à nous. Il faut maintenant que réellement dans les faits, que cette monnaie soit la nôtre pour que nous puissions, le moment venu, faire de cette monnaie une monnaie convertible et une monnaie qui permet à tous ces pays qui utilisent encore le FCFA de se développer. Je crois que c’est une décision courageuse que nos amis français doivent prendre »

En ce jour anniversaire de cette monnaie, indigne de la volonté d’émancipation de l’Afrique et de l’aspiration de ses peuples à des lendemains meilleurs, il appartient aux générations actuelles de retenir qu’Adolf Hitler est mort, mais que sa vision spoliatrice de certaines races humaines est pérennisée par des nations dites « civilisées », avec la complicité de chefs d’Etat africains vassalisés.

Hervé Christ

Share

Réagissez à cet article

commentaires