Kolo Touré : Je suis encore en stage de formation, mais je pense que je peux apporter ma petite expérience à cette équipe. Avec tout ce que j’ai appris dans ma carrière, je pense pouvoir aider mes jeunes frères.

Kolo Touré, entraîneur adjoint des Éléphants A’.     Crédits: Abdoulaye Coulibaly

Quels commentaires faites-vous suite à la qualification des Éléphants?
C’était un match extrêmement délicat. Je peux dire que d’une manière générale, tous les matches de football sont difficiles. Nous nous étions déjà fait cette idée après la manche l’aller au Niger. Mais le but marqué à Niamey était le plus important. C’est vrai que nous avions perdu. Mais il nous fallait un seul but à domicile pour nous qualifier. C’est ce que les jeunes frères ont réussi.

Pourtant le Niger a fait longtemps douter les Éléphants
Nous nous sommes quelque peu faciliter la tâche avec ce but marqué à l’extérieur. Nous savions plus ou moins que le retour allait être encore plus difficile. Il fallait être patient et surtout déterminé pour obtenir cette qualification. C’est pourquoi je félicite les joueurs qui ont été fantastiques. Ces jeunes ont énormément travaillé et écouté nos consignes. C’est une qualification méritée. Je peux apporter beaucoup aux jeunes de la sélection nationale. C’est un plaisir pour moi d’être sur le banc de touche.

Justement, votre présence sur le banc de touche en tant qu’entraîneur adjoint a-t-elle été déterminante ?
Je suis encore en stage de formation, mais je pense que je peux apporter ma petite expérience à cette équipe. Avec tout ce que j’ai appris dans ma carrière, je pense pouvoir aider mes jeunes frères. Il faut dire que depuis six mois, j’ai commencé ce métier avec le Celtic Glasgow en écosse. Arrivé à Abidjan, cela a été une grande joie pour moi quand Kamara Ibrahim m’a demandé de venir travailler à ses côtés. C’est un grand frère qui nous a aidés à gagner la Can 2015. Il y a encore beaucoup à faire.

PROPOS RECUEILLIS PAR
ADAMA KHALIL

Share

Réagissez à cet article

commentaires