« Après avoir regardé votre One man show à la RTI, télévision totalement acquise à votre cause, j’ai compris combien de fois vous êtes plongée dans cette sombre conception ». Lettre ouverte du secrétaire général de la Ligue Ivoirienne des Groupements Estudiantins et Scolaires (LIGES) à madame Kandia Camara,  ministre de l’éducation nationale de Cote d’Ivoire.

Kandia Camara , Ministre de l’éducation de cote d’ivoire. Image d’illustation

L’école est devenue aujourd’hui la propriété privée d’une seule personne qui fixe les règles du jeu et l’impose à tous comme si elle se trouvait dans son entreprise qu’elle avait bâti à la sueur de son front.

Voilà une dame, qui depuis qu’elle est à la tête du ministère de l’éducation nationale ne veut même pas un brun de contradiction. Elle traque tous ceux qui tente de réveiller la conscience scolaire, les menace pour qu’ils se taisent… Qu’est ce que cela cache ? J’en arrive.

Mais madame, ici nous sommes dans un espace public, dans une entité public qui fonctionne avec l’argent du contribuable ivoirien, vous devriez donc savoir que se sont les ivoiriens qui vous emploie, ils ont donc le droit de critiquer votre politique éducative.

Or après avoir regardé votre ONE MAN SHOW à la RTI, télévision totalement acquise à votre cause, j’ai compris combien de fois vous êtes plongée dans cette sombre conception, de croire que c’est seulement vos décisions que les gens doivent accepter sans dire un mot. Mieux c’est que j’ai fini par comprendre que vous ne maîtrisez vraiment pas l’école et les élèves. Madame, les élèves que nous on connaît la, on ne les intimide pas, encore moins les menacer. Ses jeunes, avec lesquels nous menons des combats rudes, sont très loin d’obéir à vos décisions impopulaires. Si vous tentez de renvoyer un d’entre eux, c’est tout l’environnement scolaire et l’année en cours, que vous auriez compromis. Alors balle à terre.

Mais nous comprenons vos inquiétudes. Loin de trop vous préoccuper de la situation de l’école et des élèves, c’est plutôt ses nombreux coups louches dans le milieu éducatif que, vous et vos collaborateurs aviez fait qui vous inquiètent tant. Mais laissez-moi vous dire que, même si la nuit à beau été longue, elle finit par laisser la place au jour. Donc inquiétez vous d’avantage car plus que jamais les élèves sont engagés sur le chemin de la liberté d’expression, advienne que pourra.

Il y’a eu la lutte hier avec ses conséquences, il y a la lutte aujourd’hui avec ses avantages et ses inconvénients pour que demain la lutte vive encore et encore…

Le Secrétaire général Chao Maoh

Réagissez à cet article

commentaires