Ce sont 75 participants qui se sont retrouvés à l’hôtel Aliekro de Bonoua samedi 5 août, de 9h à 14h, pour prendre part à la formation d’immersion offerte aux nouveaux membres de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), intitulée Akwaba.

Photo responsables et militants LIDER
Photo de famille des responsables et militants LIDER ayant participé à la formation

L’événement s’articulait en 5 phases : la présentation du parti présidé par Mamadou Koulibaly aux nouveaux militants, les 10 principes du libéralisme classique prôné par LIDER, les réformes proposées, l’insertion des nouveaux militants dans les activités du parti et enfin des échanges avec le public.

À l’entame de la cérémonie, en guise de mot d’ouverture, le Délégué National à l’implantation en charge du Sud Comoé, M. Stéphane Vangah, a souhaité la bienvenue à l’assemblée, qui incluait également le président des jeunes de Bonoua et sa délégation. Il a également présenté le coordonnateur territorial de Bonoua, M. Frédéric Anouman Allouan.

Christine Akenan, responsable de la veille gouvernementale, a ensuite expliqué la vision «un engagement responsable au service du progrès social» et la mission du parti «bâtir une société de confiance, autour du droit, de la liberté et de la justice», avant d’évoquer le choix du nom et du logo du parti et ses particularités : le rejet absolu du tribalisme, de l’ethnicisme et de la xénophobie, l’absence voulue de structures dédiées aux femmes et aux jeunes, afin que ceux-ci ne soient pas exclus des instances de décision et cantonnés à des rôles secondaires.

Prenant la parole à sa suite, Nathalie Yamb, Conseillère Exécutive du Pr. Mamadou Koulibaly et Présidente du 3ème Congrès ordinaire, a détaillé l’idéologie du parti, le libéralisme classique, qui repose sur dix principes : la liberté, l’individualisme, le scepticisme au sujet du pouvoir, l’état de droit, la société civile, l’ordre spontané, les marchés libres, la tolérance, la paix et l’État limité. A l’issue de sa présentation, l’auditoire a pu se convaincre que la pensée libérale est profondément humaniste et que la politique du gouvernement actuel en Côte d’Ivoire est tout sauf libérale, comme il se prétend, et relève plutôt du capitalisme de connivence et du patrimonialisme dictatorial.

Les militants et cadres du parti Paul Auguste Koffi, Franck Gognan, Fatoumata Bakayako, Arthur Boussou, Guy Amand Adjoumani, Jacob Kouakou Atta, Évariste Kouadio, Hussein El Khayat et Arthur Brou ont ensuite brillamment présenté les principales réformes proposées par LIDER, à savoir :

1) le cadastrage et la distribution aux frais de l’Etat des titres fonciers ruraux du sol et du sous-sol aux populations ;

2) la capitalisation pour une retraite paisible et l’épargne au service de l’investissement local ;

3) l’école gratuite pour la jeune fille, l’équipement des infrastructures universitaires existantes, et l’apprentissage à l’anglais, l’informatique et aux métiers manuels, de la terre et industriels et commerciaux dès le primaire ;

4) l’interdiction pour les personnes qui gèrent les deniers publics d’aller se faire soigner en dehors de la Côte d’Ivoire, la libéralisation du marché du médicament et de l’installation des médecins, ainsi que l’allocation de 15% du budget à la santé ;

5) la reconstruction de la cellule familiale par la mise à égalité des mariages coutumiers, religieux et civils et la reconnaissance de la pluri-nationalité ;

6) la reconstitution d’une cour suprême forte, pour un contrepoint judiciaire indépendant, de proximité et rassurant aussi bien pour les populations que pour les investisseurs ;

7) l’instauration du régime parlementaire avec mode de scrutin majoritaire à un tour garant de stabilité et de contrôle du gouvernement par les populations ;

8) l’application de la loi de programmation militaire inspirée de LIDER et la mutualisation des forces de défense de la sous-région ;

9) la libéralisation, les incitations fiscales, la simplification procédurale et la fin des monopoles pour booster l’économie ;

10) la rupture avec le franc cfa appauvrissant et contraignant ;

11) les réformes électorales pour l’enrôlement automatique, quotidien et gratuit des nouveaux majeurs et la mise en place d’une commission électorale composée de membres de la société civile disposant d’une indépendance financière, organique, logistique et fonctionnelle.

Avant les échanges avec le public et le mot de la fin par la Déléguée Générale du parti, Mme Monique Gbekia, Nathalie Yamb a une fois de plus repris le micro pour expliquer aux nouveaux adhérents l’importance et la stratégie d’implantation, de formation, ainsi que la nécessité pour tous de participer activement à l’opération de levée de fonds 2017, intitulée «Je donne pour une Côte d’Ivoire meilleure», destinée à obtenir les ressources indispensables au déploiement de LIDER sur tout le territoire et à la victoire de Mamadou Koulibaly en 2020, l’homme qui peut rassurer et réconcilier les Ivoiriens après toutes ces années de crises, de larmes, d’injustices et de sang.

«Nous entendons tous les jours les pro celui-ci injurier les pro celui-là. A LIDER, nous ne sommes pro personne. Nous sommes pro Côte d’Ivoire, point barre. Et pour cela, nous n’avons pas besoin d’insulter quelqu’un, mais plutôt de convaincre, que ce soit sur le terrain, en famille ou sur les réseaux sociaux. A LIDER, nous avons décidé de laisser de côté tout ce qui divise pour rassembler les populations de Côte d’Ivoire autour de ce que nous avons en commun : notre amour pour ce pays et notre envie de vérité, de stabilité, d’unité et de progrès. Avec #MamKoul2020, c’est possible. Osons, maintenant !» a-t-elle conclu.

Les participants ont exprimé toute leur gratitude quant à la qualité et la richesse des thèmes abordés par les intervenants ; ils ont aussi souhaité que cette forme d’activité de formation soit étendue à toute la Côte d’Ivoire, afin de permettre à d’autres Ivoiriens d’en bénéficier. L’événement Akwaba, qui s’est terminé par une photo de famille pouce levé (signe de reconnaissance de LIDER) et un repas copieux offert par le coordinateur territorial LIDER Frédéric Anouman, restera à jamais graver dans l’esprit de ceux qui y ont pris part.

Yao Landry De Secondat

 

Réagissez à cet article

commentaires