Kokou-koffigoh

Le chef de mission des observateurs de l’Union africaine en 2010, en Côte d’Ivoire, Joseph Kokou Koffigoh, met ses talents de poète au service de l’actualité électorale en Afrique. Patience! Invite-t-il le peuple africain.

Patience

Qui s’aventure à la bourse des illusions,
Ne pourra y trouver tout au plus que des leurres;
C’est simple à comprendre en ce temps, à la faveur
Des joutes récentes dans les champs des nations.

Le peuple quant à lui fait preuve de patience;
Que signifie pour lui un bail de cinq années
Impunément volé par la minorité
Sur le temps éternel qui n’a pas d’échéance?

Laissez donc jubiler les gens qui crient victoire;
Qu’ils mangent leur butin, et qu’ils boivent le vin
Qu’ils n’ont pas mérité; que le sang sur leur main
Continue de souiller les pages de l’histoire.

Laissez les donc jouir de leur iniquité;
Il n’est pas loin le jour où chacun devra rendre
Son compte à la nation qui alors va reprendre
Ce qu’on lui a volé en toute impunité.

Celui qui a le pian et persiste à danser,
Quittera la scène dès que ses pieds se posent
Sur un petit caillou; quand il aura sa dose
De douleur sous la plante il va se retirer.

Les hébreux ont erré quarante années durant,
Avant que d’atteindre cette fameuse terre
Promise par leur Dieu aux prophètes leurs pères;
Et quand sonna l’heure tous marchaient en chantant.

Ils avaient pu franchir l’obstacle de la mer
Qui derrière noya les chars de Pharaon;
Il sera fait de même pour toutes les nations
Qui luttent dans la foi, l’amour et la prière.
Poème inédit
Lomé le 29 octobre 2015

Réagissez à cet article

commentaires