Laurent Gbabgo était proche d’Henri Emmanuelli, décédé ce mardi: l’ancien chef de l’Etat ivoirien entretenait des rélations très amicales  avec le socialiste français, né le même jour que lui.

Gbagbo et Henri Emmanuelli, photo d’illustration

S’il est un homme que l’annonce ce mardi du décès d’Henri Emmanuelli plonge dans une sincère et profonde affliction, c’est à coup sûr l’ex-président de Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo, reclus depuis novembre 2011 dans sa cellule de Scheveningen, le centre de détention de la Cour pénale internationale de La Haye (Pays-Bas).

Des affinités idéologiques

« Mon jumeau blanc », c’est ainsi que le cofondateur du Front populaire ivoirien surnommait amicalement le député socialiste des Landes. Et pour cause: les deux hommes de gauche partagent la même date de naissance, en l’occurrence le 31 mai 1945.

D’autres affinités, plus idéologiques celles-là, ont contribué à les rapprocher. Dans les années 2000, lorsque des divergences sont survenues au sein sur la politique de Gbagbo au PS, l’ancien titulaire du perchoir du Palais-Bourbon fait partie de ses avocats les plus ardents rue de Solférino. S’opposant sur ce point au Premier secrétaire de l’époque, un certain François Hollande, qui juge alors l’ancien élève du petit séminaire de Gagnoa « infréquentable ».

 

 

L’Express

Réagissez à cet article

commentaires