À peine l’on se réjouissait de la dernière rencontre entre le Président de la République Ivoirienne et certains responsables des corps armés de Côte d’Ivoire qui avait aboutie au renoncement du reliquat de la prime dite ECOMOG par l’armée Ivoirienne que le gouvernement Ivoirien leur devait (reliquat qui s’élevait à 07 millions de nos francs), que l’on se réveille le lendemain de cette rencontre du vendredi 12 mai 2017, par des bruits de Kalashnikov de certains corps de notre armée. Pourquoi une mutinerie après avoir promis la veille ne plus faire de mutinerie? qui en sont les concernés?

Barrage des mutins au niveau de l’entre sud du corridor sud de bouaké, au sud de la Côte d’Ivoire

Après une série de mutineries, le gouvernement Ivoirien s’était engagé à verser aux  » mutins  » une prime individuelle de 12millions. 05 millions avaient été avancés. Quant aux 07 millions, ils devraient être étalés sur 07 mois selon ce qui avait été conclu entre les parties. Mais, au moment du paiement des 07 millions, il est remarqué un retard de paiement. Plusieurs explications ont été avancées pour éviter que les mutins ne manifeatent dans l’attente du versement de leurs dûs. Ils apprendront par la suite, par le biais des médias, que leurs responsables auraient décidé de renoncer aux primes qui leurs étaient dues, sans qu’il n’aient été au préalable consultês.

Voulant exprimer leur mécontentement face aux agissements de leurs responsables et réclamer le paiement du reliquat des 12 millions, les mutins ont commencé à tirer dans la ville de Bouaké. Très vite ce mouvement s’est repandu dans certains camps ( Akouedo, Galiéni) et certaines villes telles que Korhogo, Bondoukou, Bouna, Daloa, abidjan-Plateau). Face à cette situation, le gouvernement à décider, au sortie d’une réunion de crise, de ne pas engager de negociations avec les mutins, mais plutôt de les.sanctionner et de maintenir le non paiement des 7 millions.

Suite à cette déclaration ferme du gouvernement le ton est monté et les mutins exigent selon notre source, le paiement immédiat de leurs primes où en cas d’incapacité de paiement, le départ du Président. Ce bras de fer entre le gouvernement et les mutins à vu ce samedi la participation de la population de Korhogo. Ces derniers pour exprimer leur ras-le-bol ont envahi les rues malgré l’interdiction des mutins. Cet acte salutaire pour certains et suicidaire pour d’autres s’est soldé par de nombreux blessés parmi les manifestants. Il faut noter que des incidents ont également été constaté dans la ville de Bouaké et Daloa où un car de la compagnie de transport CTE aurait été cribblé de balles après avoir tenté de forcer un barrage au corridor. Plusieurs blessés auraient été enregistrés.

Vivement qu’un accord soit trouvé pour la quietude de nos populations.

Réagissez à cet article

commentaires