Des assaillants lourdement armés ont attaqué, dimanche 13 mars à la mi-journée, au moins deux hôtels de la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam, située à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Abidjan, et très fréquentée le dimanche par les familles ivoiriennes et les expatriés occidentaux.

Grandbassam
Des assaillants lourdement armés ont attaqué, dimanche 13 mars à la mi-journée, au moins deux hôtels de la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam

Un responsable militaire sur place, interrogé par Alexis Adélé, contributeur du Monde Afrique, affirme que l’attaque a fait au moins douze morts, dont quatre Occidentaux. « Les assaillants étaient jeunes, a-t-il déclaré, préférant garder l’anonymat, et exigeaient que leurs victimes crient Allah Akbar avant de les abattre. Un djihadiste a été tué, deux autres sont toujours en fuite ». Un premier bilan, publié sur le compte Facebook du gouvernement ivoirien puis retiré, faisait état d’au moins 11 victimes, dont un enfant de moins de cinq ans.

L’hôpital général de Grand Bassam a pour l’instant reçu deux morts et dix-sept blessés, dont deux ont été évacués en direction d’Abidjan.

Au moment de l’attaque, vers 13 heures heure locale, le Musée national du Costume de Grand Bassam, installé dans l’ancien palais du gouverneur, tout près de l’hôtel Koral Beach, recevait une délégation américaine accompagnée par un diplomate de l’ambassade des Etats-Unis à Abidjan. Plusieurs sources indiquent que le musée faisait partie des cibles de l’attaque, une information non encore confirmée officiellement. Le convoi du diplomate américain a pu quitter la ville vers 17 heures locales sans déplorer de victimes.

Grenades et chargeurs de kalachnikovs

Les assaillants ont abandonné une partie de leur équipement, dont la photo circule sur Twitter : trois grenades et des chargeurs de kalachnikov.

Un témoin cité par RFI affirme que les coups de feu venaient de la plage, à proximité des nombreux hôtels du secteur. Selon le site Connexion ivoirienne, les tirs ont débuté à l’hôtel Koral Beach pour continuer dans les établissements environnants. « Ça tire sur tout le monde sans tri. Ils avancent d’hôtel en hôtel », a indiqué un témoin au site internet.

Des vidéos circulent sur Facebook, montrant des touristes fuyant les tirs, dans un des hôtels de Grand Bassam, l’Etoile du Sud. Contacté par téléphone par Le Monde, le personnel de l’établissement confirme que l’attaque provenait de la plage, et précise que les tirs se sont arrêtés après quelques minutes. D’autres images, sur Facebook et Twitter, montrent plusieurs corps ensanglantés sur la plage.

Lourde présence policière

La police a investi massivement le secteur. Des véhicules militaires, transportant des mitrailleuses lourdes, et des chasseurs traditionnels dozo armés sont arrivés sur les lieux de la fusillade. Le responsable militaire interrogé par Le Monde Afrique a regretté le manque d’un appui aérien pour ces opérations. Le pont, qui relie la partie historique de la ville à la lagune sur laquelle se situent la plupart des hôtels, a été coupé à la circulation.

Sur son site internet, le consulat général de France à Abidjan demande aux ressortissants français notamment de ne pas se déplacer entre Assine, Bassam et Abidjan « pour ne pas gêner l’action des forces de l’ordre ».

Ville historique et ancienne capitale de la Côte d’Ivoire sur la côte du Golfe de Guinée, Grand-Bassam abrite plusieurs hôtels très fréquentés. La ville est également inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Source: Le monde

N.B: Titre de la rédaction

Les images de l’attaque

Share

Réagissez à cet article

commentaires