Le général Touré Sekou s’est rendu à Bouaké, épicentre de la mutinerie qui a secoué le pays, et a demandé « pardon » pour la mort d’un ex-rebelle démobilisé tué par les mutins.

Le chef d’etat major ivoiren, Sekou Touré. Image d’illustration

L’homme a été tué au quartier général des démobilisés (ex-rebelles qui n’ont pas été intégrés à l’armée, contrairement aux mutins) par des soldats mutinés qui ont ouvert le feu sur eux. Les mutins reprochaient aux démobilisés de revendiquer des primes similaires aux leurs, et ainsi de mettre en péril leur propres revendications.

Devant une centaine de démobilisés, le général Touré Sekou a assuré de sa compassion la famille et les camarades du défunt.

« Nous sommes tous choqués (…) je viens vous présenter les excuses de toute l’armée ». « Quand vous êtes père et que vous avez malheureusement de mauvais enfants, vous allez toujours avoir honte du comportement de ces enfants. Nous sommes venus ici pour vous demander pardon » au nom de l’armée, a-t-il lancé, recueillant des applaudissements.

Le général n’avait pas prévu de prendre publiquement la parole mais a dû improviser pour désamorcer un incident et calmer les démobilisés, rendus furieux par des paroles malheureuses du maire-adjoint de la ville Zoumana Ouattara.

Celui-ci avait utilisé un ton menaçant, accusant notamment les porte-parole des démobilisés de vouloir les mener « au suicide ».

Voaafrique

Share

Réagissez à cet article

commentaires