Les choses vont de mal en pis pour le Général Mokolo qui revendique la victoire aux dernières élections présidentielles organisées au Congo le 20 Mars dernier.Après avoir été assigné en résidence surveillée après une très longue période, il vient d’être mis aux arrêts et déféré devant le parquet.Selon les observateurs de la vie politique congolaise, cette arrestation est l’oeuvre de Denis Sassou N’guesso.

Gl Mokolo
                                                           Le Général Mokolo entouré de ses frères d’arme (Photo d’archive)

Tout ce passe après le mardi 14juin 2016 où le Général Jean-Marie Michel Mokoko, l’homme qui réclame aussi la victoire des dernières élections au Congo Brazzaville se présente devant la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST) pour y être entendu après la volonté du pouvoir Sassou deux jours avant de le déférer de force devant le Parquet.

Selon plusieurs observateurs, les dés semblaient donc être pipés pour se débarrasser de l’homme (Mokoko) qui trouble le sommeil de Sassou N’Guesso depuis les dernières présidentielles au Congo.

Le verdict est connu, depuis jeudi 16 juin, le Général Mokoko est écroué à la maison d’arrêt de Brazzaville. Un verdict que dénonce toute la classe politique de l’opposition Congolaise.

Une tension entre le pouvoir et l’opposition qui conduit le chef de l’Etat Congolais à renforcer sa sécurité au Palais. Selon une source militaire bien introduite auprès de Sassou, c’est le Général Abdoulaye Miskine ( Ancien chef rebelle) à qui Sassou fait appel à Brazzaville. L’homme est à la tête de plus de 250 mercenaires maliens, ivoiriens, Guinéens et nigériens pour lui prêter main forte.

Pour mieux conduire sa mission, Le Général est hébergé dans une villa proche de l’église Fatima non loin de la résidence de Sassou à Mpila. Une vingtaine de ses mercenaires sont logés au quartier Tsinguidi (Potopoto) au domicile d’un certain Charles. Ce dernier ayant combattu en 1997 à ses côtés lors de l’une de ses nombreuses expéditions.

Tous ces mercenaires sont habillés aux tenues de la Garde présidentielle de Sassou Nguesso. Abdoulaye Bathily qui était l’envoyé de Ban Ki Moon au Congo pour suivre la crise post électorale est devenu l’émissaire de Sassou.

Le plus vieux chef d’Etat en exercice s’est aussi payé les services d’un ancien ambassadeur de la France au Congo, Jean Pierre Vidon. Ce dernier débauché par Sassou a désormais les poches pleines et bourlingue en France auprès du parti socialiste et des républicains de Sarkozy dans le but de convaincre la classe politique Française de tout faire pour adouber le régime illégitime brutal et illégal de Sassou.

Source: Jean Chrésus, Journaliste Indépendant 

Share

Réagissez à cet article

commentaires