Le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, était, mardi dernier, à Dabou, à la première édition du Festival des arts et culture du Lôdjoukrou (Yaye).

ceremonie adjoukrou
ceremonie adjoukrou, image d’illustration

« Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, que j’ai l’honneur de représenter à ce grand festival, me charge de vous traduire ses regrets de ne pas être ici en personne. Que dois-je dire qui n’ait déjà été dit par mes éminents devanciers ! La Côte d’Ivoire a répondu à l’appel du Chef de l’Etat de renouer avec ses traditions, son riche patrimoine culturel. C‘est donc au nom du Premier ministre que je  déclare ouvert le Festival des arts et culture du Lôdjoukrou (Yaye) ». C‘est par ces propos que le ministre de la Culture et de la Francophonie, Bandaman Maurice, a ouvert la première édition du Festival des arts et culture du Lôdjoukrou. Qui se tient, depuis mardi dernier, à la place HKB de Dabou.

Avant lui, Sess Soukou Mohamed, député-maire de Dabou, avait souhaité le traditionnel Akwaba aux festivaliers. A sa suite, Essis Emmanuel, directeur général du Cepici et président du comité d’orientation et de coordination dudit festival, a exprimé sa joie de le voir commencer. « Le grand jour est arrivé. Ce grand jour de réjouissances fraternelles, nous en avions longtemps rêvé. Animé par la foi de tenir la promesse de rassembler l’ensemble des acteurs culturels du Léboutou, le Yaye vient pour célébrer la culture Odjoukrou, mais aussi promouvoir les nobles idéaux de fraternité, de solidarité, de préservation de la paix et de la cohésion sociale. Les jeunes et vieux, les hommes et femmes, les sachants du pays Odjoukrou font le pari de renouveler, chaque année, cet instant de partage culturel « , a-t-il relevé.

Depuis mardi, la culture Odjoukro se découvre dans toute sa diversité. Les canons de beauté du peuple Odjoukrou ‘’Sabga’’, la présentation de l’Ebéb, l’art gastronomique, des expositions, etc., ont meublé la journée d’hier. Sans oublier les panels qui ont instruit les festivaliers sur l’origine du peuple odjoukrou, le sens des rites et la signification des noms. Les journées de vendredi et samedi seront consacrées à la présentation des danses et chants traditionnels, au défilé des villages odjoukrou et au grand concert de clôture.

SERGES N’GUESSANT

Réagissez à cet article

commentaires